Madjib s’occupe d’Annick

Un soir en rentrant du travail j’ai été accostée par Madjib un voisin…

– Bonsoir Annick !!!

Ne le connaissant que de vue j’ai été surprise qu’il connaisse mon prénom et surtout qu’il m’aborde de cette manière car c’était la 1ére fois qu’il m’adressait la parole.
– Bien merci ……
-J’ai pu admirer tes photos et lire tes histoires captivantes sur divers sites internet et je dois reconnaitre que tu m’intéresses beaucoup…..
-Vous devez faire erreur lui répondis-je en en tentant de garder mon sérieux sans trop rougir.
– Tu veux les voir j’en ai des copies sur mon portable et il me fit défiler diverses photographies de ma personne habillée et nue.
Je le fixais du regard mais honnêtement ne su quoi répondre….
-Tu veux quand même pas que tout le quartier sache ce que tu fais avec Christian dans l’Ain et les beurs de bel air çà te dit rien ? Je ne répondis rien mais ne savait plus quoi faire…..

Il me pris la main et m’invita à rentrer chez lui…Madjib est un homme d’une soixantaine d’années, assez rablé, mais avec un visage avenant, je le voyais presque tous les jours promener son petit chien dans le quartier, mais je dois avouer qu’il ne m’attirait pas trop. Habitant l’allée d’a coté de chez moi, un rez de jardin arboré, il me fit passer sur la terrasse afin de nous rafraichir, me servit une boisson fraîche qui sembla me remettre un peu les idées en place et me parla de choses et d’autres, que sa femme l’avait laissé depuis pas mal de temps (je le savais) qu’il était en manque de baise (je m’en doutais) et enfin après avoir vu mes photos et lu mes récits il avait envie de moi.
Il passa sa main sur ma cuisse et serra ses doigts contre mon jean’s, exerçant une légère pression sur mon genou dénotant une envie pressante de me coucher dans son lit…..comme je ne réagissais pas il me fit lever et me conduisit dans sa chambre afin de réaliser son fantasme.
Il referma le volet roulant mais laissa la porte fenêtre grande ouverte, découvrit le lit et avant de nous coucher se mit derrière moi ses mains posés sur mes seins et sa queue bien cotre mes fesses et je la sentais grossir rapidement… »Hummm me dit-il tu as tout ce qu’il faut là où il faut je vais te régaler et moi aussi…. » puis m’allongea dessus après m’avoir demandé de retirer mes chaussures, là il s’allongea à mes cotés, m’embrassa goulûment, me tripota mon t-shirt au niveau de ma poitrine qu’il retira assez rapidement, dégrafa mon soutien gorge et pris mes deux seins entre ses doigts qu’il malaxa longuement avant de les sucer et jouer avec…..puis retira ensuite mon pantalon et ma culotte pour bien me bouffer de ma chatte…
-« Hummm dit -il une chatte poilue on en voit plus beaucoup de nos jours, çà fait plaisir…. et continua à lamper et mes lévres et ma cyprine qui commençait à couler.
Pendant qu’il me léchait la chatte ses mains bien posées sur mes mamelles exerçaient une pression vigoureuse me faisant comprendre qu’il allait me faire jouir à fond et surtoutse rattraper de ses soirées solitaires….
Il se releva se mit nu, ce qui fut rapide car il ne portait qu’un panta court, un t-shirt et était chaussé d’une paire de mule ouverte. T’as vu le zeb que j’ai tu va te régaler toit aussi !!!!
Une fois près de moi il me grimpa dessus et me pris en position missionnaire et me larda de coups de queues énergiques…je sentais son chibre me labourer le sexe et son ventre se frotter contre le mien, il ma lima ainsi un long moment avant d’éjaculer malgré qu’il m’ait dit ne pas avoir sauté une femme depuis des mois….. Il remit çà à plusieurs reprises et montra comment il savait faire l’amour à une femme avec tout le savoir d’un maitre rebeu, bien membré et possédant une expérience certaine.
La chambre bien qu’aérée avait des parfums de jute mélés à nos parfums respectifs. Il me remercia de ce que je lui avait offert, se leva remit son boxer et son t-shirt, rouvrit le store qui laissa passer une courant d’air vivifiant, il m’invita à le suivre sur la terrasse pour récupérer un peu en me demandant d’enfiler un de ses t-shirt qui long de taille couvrait mon sexe et le haut de mes cuisses…..les pieds nues je le suivis sur la terrasse, m’asseyait sur une chaise en osier et avalait rapidement une boisson fruitée…..A ce moment sa voisine qui possédait le rez de jardin contigu au sien, passa sa tête entre la haie pour bien nous voir et je reconnus sans difficulté Céline, une jeune femme que j’avais gardé jadis lorsqu’elle était enfant en l’absence de ses parents….
-Bonsoir nous dit-elle en me regardant fixement, il fait bon ce soir, il fait frais…..
Je ne savais quoi répondre une fois de plus, j’étais génée déjà qu’elle me voit au coté de Madjib, simplement vétue d’un de ces maillot trop long pour moi et laissant peut être deviner ma poitrine sans soutif et les pied nus.
C’est Madjib qui lui répondit gentiment, elle plissa les yeux tout en devinant ce que je faisais ici!!!! son petit garçon âgé de 3 ou 4ans arriva à son tour et avec sa petite voix dit à sa mère c’est le monsieur et la dame qui faisait du bruit à coté ?
-Quel bruit demanda Céline ?
– des bruits comme des AHAHAHAHAH HUMMMMMM OUIIIIIIIIIIIIIII AHAHAHA OHHHHOHHHH comme une personne qui à mal!!!!! Céline riat aux éclats en me jetant un regard vicieux voualnt me dire je sais bien ce que tu as fait avec mon voisin !!!!
Je devais être rouge de honte mais Céline lui répondit ! mais non béta c’est la télé qui faisait ce bruit là. Ah répondit le bambin et il retourna jouer plus loin…..
Je m’approchais de la haie et demandait à Céline ne rien dévoiler à mon mari de ce qu’elle avait vu et entendu…Soit sans crainte je ne suis pas médisante et tu as bien le droit de faire ce que tu veux avec qui tu veux…….J’eue juste le temps de la remercier que Madjib était derrière moi une main posés sur mes fesses et l’autre sur le tissu couvrant ma poitrine puis ma dit allez viens j’en n’ai pas envore fini avec toi…..
Céline me sourit avec son air malicieux tout en plissant ses yeux noirs en nous demandant de ne pas faire trop de bruit à cause du petit….
En rentrant à nouveau dans la chambre Madjib referma store et fenêtre et me pris en levrette par la chatte puis j’eu droit à une sodomie sévère…. celui-ci me jeta presque sur le lit, excité par les propos tenus par Céline qui semblait avoir entendue toute notre baise et de plus avait envie de me faire crier un peu plus fort en me prenant par derrière…..il commen çà ou plutôt repris ses caresses de plus en plus nerveuses aussi bien sur mes seins, ma chatte mais insistant lourdement sur mon anus….ne pouvant se retenir plus longtemps il me mit sur le ventre, bien à plat sur le lit, pris du gel me massa le trou avec s’en mit sur la queue puis introduisit un puis deux doigts à l’intérieur de mon anus, il s’amusait à les faire tourner rapidement dans mon trou, à les faire entrer puis sortir, puis rentrer à nouveau puis ressortir de plus en plus vite….je voyais son membre grossir à chacun de ses mouvements….
-On dirais Annick que tu n’en ai pas à ta première sodo….j’ai lu que des potes de banlieue s’en étaient déjà bien occupés je vais pouvoir à mon tour t’enculer et te faire sentir la puissance de ma pine, tu va voir ce que mon marteau-pilon sais faire avec une meuf comme toi… il va te faire jouir comme jamais t’as jouis. Parole de Madjib, j’aime les salopes comme toi, sérieuse dans la rue à la limite pimbèche et hautaine mais au pieu un vraie trainée qu’il faut savoir défoncer et je ne vais pas m’en priver ESPECES DE PUTE hurla-t-il, SALOPE, tu as intérêt à ne pas refuser mes avances futures sinon tout le monde saura qu’ANNICK EST UNE SALOPE, UNE PUTE A BEURS!!!!……
Il se placà derrière moi et en crachant sur mon trou il plaça son gland contre mon cul, je le sentis pénétrer doucement dans mon intimité puis d’un coup il me saisit par les épaules et me saillit de toutes ses forces….sa queue large, épaisse, d’un bon diamètre et assez longue pénétra en totalité….J’eus un moment de recul mais il avait prévu ma réaction il me colla la tête contre l’oreiller et le bois de lit et là sans pouvoir bouger il me besogna de plus en plus fort…..il me baisait en me tenant par les épaules, puis par les hanches et malaxant aussi mes lourdes mamelles et sous le rytme de ses coups il les saisi à pleines mains et me lima le cul en tripotant mes seins nerveusement…….
Je sentais sa queue coulisser en moi, ses couilles bien pleines claquer contre le haut de mes cuisses….mes gémissements jouissifs se transformèrent en cris de plus en plus sonores, ses coups de boutoirs me propulsaient contre le bois du lit qui cognait à son tour contre la cloison….
Céline devait tout entendre et rire en entendant aussi bien mes cris que la cloison trembler sous les coups de queue de Madjib….
– T’AIME CA HEIN !!! SALOPE hurla-t-il aussi bien pour me le faire bien comprendre que peut être pour que Céline en soit également le témoin.
Il me portait des coups si violents qu’à un moment je m’écroulais complétement sur le lit, il continuait malgré cela à me baiser fortement, à me sodomiser sans aucune retenue, sans un moindre mouvement de faiblesse sexuelle de sa part… Il prenait même un réel plaisir à bien me faire sentir la puissance de son sexe, je faillis même un instant en perdre la raison tant la sodomie était violente mais Madjib, d’après ce que je vis rapidement dans le miroir, était radieux, des gouttes de sueur coulaient de son front et de son torse mais à aucun moment il ne ralentis la cadence des coups portés jusqu’au moment tant attendu par moi où il se colla encore plus fortement contre moi, ses mains qui étaient posés contre mes seins les pressèrent nerveusement, et je sentis que sa queue bien au fond de mon intimité décharger son sperme abondant….Il resta longuement allongé sur moi et retirant tout doucement son sexe tout humide où des traces de sperme étaient restés collés. Il n’eu pas l’impudeur de mêle faire nettoyer avec la bouche mais s’essuya avec une serviette qu’il récupéra dans la commode…..
Il se redressa fier de lui, me passa sa serviette sur les fesses, m’invita à aller ne nettoyer dans la salle de bains, se rhabilla, je fis de même at avant que je partes il me déclara qu’il avait été ravie de notre rencontre et qu’il n’en avait pas fini avec moi et qu’il aimerait que cela se renouvelle souvent …..
En sortant, j’entendis la porte palière de Céline s’ouvrir et dire doucement :
–Alors Annick çà été mouvementée avec Madjib ??? t’as reçu pour de bons!!! vu les cris que tu poussais il a du te prendre par derrière, t’as bien jouis au moins, c’est bien j’espère que çà va continuer avec lui….et avant de refermer la porte elle m’offrit un sourire malicieux où l’on sentait poindre un rictus aussi bien de dégout que de dédain.
Je sus par la suite que Madjib l’avait mise au courant qu’il voulait me sauter et qu’elle était prévenue de ma venue ce jour là et qu’elle serait être un témoin fiable au cas de mon refus pour plus tard.

Le temps passa çà faisait deux mois que tous les jeudis je devais aller chez Madjib et je commençais à capituler, Christian le WE et lui le jeudi c’était un peu trop pour moi et ce soir là je décidais de changer de chemin pour rentrer chez moi. Je contournais donc la batiment en passant par la gde rue juste derrière et comptait ainsi échapper à mon calvaire sexuel, ce n’est pas que Madjib baise mal, loin de là mais il est lourd dans tous les sens du terme…………tout allait bien lorsqu’à un moment je vis sortir d’un commerce Céline sa jeune voisine, je me calais contre une allée et dès qu’elle fut passée je poursuivais mon chemin…. intuition ou quoi!!! je me retournais et la vit sortir son portable de son sac et téléphoner…peut de temps après c’est mon portable qui m’appelait………C’était vous vous doutez Madjib
– » ALORS SALOPE QU’EST CE TU FOUS JE T’ATTEND ????
-Excuse moi je suis encore au travail suite à une panne informatique, je sais pas quand je fais finir……
-« TU TE FOUS DE MOI SALOPE, JE VAIS T’APPRENDRE A ME MENTIR et il raccrocha;
Je poursuivais mon chemin et enfin j’arrivais devant chez moi mais devant la porte de l’entrée se tenait Madjib avec sa tête des mauvais jours…..
– » ALORS SALE PUTE TU CROYAIS M’EVITER….ALLEZ VIENS CHEZ MOI ON VA S’EXPLIQUER…..non je veux rentrer chez moi….ON A PASSER UN CONTRAT SALOPE ET JE PARTIRAIS PAS D’ICI SANS QUE TU ME SUIVES ET VAIS APPELER PAR L’INTERPHONE TES VOISINS ET TON VIEUX POUR QUE TOUS SACHENT CE QUE TU AI……quel contrat on a jamais signé de contrat ?????ET CA et il me montra sur son portable des photos et vidéos de nous deux occupés a baiser et il auarit fallut être aveugle pour ne pas me reconnaitre. J’étais coincée, il me pris par l’avant bras et me mena jusqu’à chez lui en parlant fort et me menaçant en arabe.
Dés qu’il ouvrit la porte, sa voisine Céline ouvrit la sienne et tout en la remerciant lui dit t’auras pas l’image mais soit sans crainte tu va avoir le son, je vais la faire gueuler LA PUTE D’ANNICK LA SALOPE……Céline émit son petit rire hihihihi alors je reste dit-elle, je partais chercher mon fils chez la nourrice mais çà peut attendre encore un peu et elle rentra chez elle en même temps que nous deux.
Madk)jib me traina non dans la chambre mais dans la cuisine qui jouxte de très pret celle de sa voisine, ouvrit en grand la porte me fit mettre a genou devant lui, sorti son « ZEB » qui ne bandait pas encore, me l’enfonça dans la bouche et sans ue j’ai l’ordre de le toucher avec mes doigts je devais le sucer jusqu’à éjaculation complète et bien sur tout avaler…..ALLEZ SALOPE SUCE TON MAITRE ET SANS LES MAINS SEULEMENT AVEC TA BOUCHE DE CONNASSE ET TA LANGUE ET POSE TES MAINS AU SOL METS LES SOUS MES PIEDS ET SUCE BIEN …je m’appliquais a bien le sucer, le lecher son gland nerveux et petit à petit toute sa hampe pris sa taille normale lorsqu’il bande………..GOBE MOI LES COUILLES AUSSI SALE PUTE et j’entendais le petit hihihihihihi de Céline qui peut être en se penchant pouvait voir mon dos remuer sous les coups de queues de commençait à me porter Madjib……Lorsqu’il éjacule j’eu un haut le coeur tant la semence était abondante j’en fis couler un peu au sol et sur ses pieds….LECHE SALOPE NETTOIE TOUT TU DOIS TOUT AVALER CE QUE JE T’OFFRE ANNICK LA PUTE et toujours ces petits hihihihiihiiii de Céline qui n’en
perdait pas une miette.
Je pensais qu’il allait me faire passer dans sa chambre mais non il avait décidé de me sauter dans sa cuisine, il me fit mettre à poil, jeta dehors mes vêtements, me tritura sauvagement la poitrine, m’étira les tétons, me fessa le cul à plusieurs reprises, me coucha sur la table et sans gel cette fois introduidit directement deux doigts dans mon intimité anale…
AIAIEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE TU ME FAIS MAL….T’AS GUEULE SALE PUTE T’AS VOULU M’EVITER JE VAIS T’ENCULER A SEC ….C’EST TOUT CE QUE TU MERITES…..je tentais d’étouffer mes cris mais n’y pouvait mais……….il se plaisait à décrire tout ce qu’il me faisait aussi bien sur mes seins, ma chatte avec ses gros doigts et mon cul pour que Céline le voyeur puisse imaginer ce qui se passait à coté……….hihihihihiiiiiii elle va s’en souvenir de ta queue hihihiiiii dit-elle………….et Madjib présenta son gland au bord de mon trou, cracha à plusieurs reprises sur ma roudelle colla sa verge contre mes fesses bien rebondies, mes seins, mon torse écrasé contre la table et prenant appuie sur mes épaules il commença sa lente et douloureuse pénétration………NNNNNNNNOOOOOOOOOOONNNNNNNNNNNNN AIEEEEEEEEEEEEEEEEEE ARREEEETTEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE AIEEEEEEEEEE OUIEEEEEEEEEEEEEEEEEEE T’ES FOU ARREEEEEETTTTE AIEEEEE mais rien se l’arrêtait de tout son poids il pesait aussi bien sur mon corps que sur mon cul, je sentais le gland qui avait préparé le chemin pour le reste de son engin et d’un coup violent il fit pénétrer en entier sa queue nerveuse, se sentit en effet ses grosses couilles frapper le haut de mes cuisses il avait entièrement pénétré mon cul. Il récupéra un peu puis commença a faire maneouvrer son « ZBOUB » dans mes fesses…CA Y ES ELLE EST EMPALEE LA PUTE, JE VAIS LA DEFONCER A FOND hihihihih iiiiiiiiii oui défonce là j’entend tout c’est super…..tu veux voir un peu ? oui ….-enjambe la cloture du fond elle est plus petite et viens voir CE QUE LA PUTE VA RECEVOIR. Madjib m’attrapa par les cheveux me fit relever la tête et je vis Céline qui se tenait entre la terrasse et la cuisine et ces petit hihihihihiiiii et alors là Madjib en lui demandant de prendre des photos à l’aide son portable m’encula de plus belle, je me tordais sur la table, ses coups de queues faisaient trembler et bouger la table……………..je lâchais quelques larmes de douleur et de dépit de me voir saillit comme je l’étais et ce devant Céline qui riait aux éclats et encourageait Madjib de me faire comprendre que je ne devais pas le décevoir et que j’étais devenue sa chienne……….AIEEEEEEE ARREEETTTTTTTTTTTTTEEEEEEEEEEEEEEE TU MEEEE FAIS MAAAAAAAAAALLLLLLLLLLLLLLL mais il continuait inlassablement ses aller et retour j’entendais, et eux aussi, mon cul bien graissé qui faisait comme un bruit se succion tant sa pine s’actionnait dans ma fente…..Lorsqu’il éjacula il se retira tout doucement en prenant le temps debien me faire sntir la puissance de sa queue….Celine dit qu’elle devait partir chercher son gamin et Madjib lui dit ramasse les vêtements de MA CHIENNE et garde les chez toi quand j’en aurais fini avec elle je te ferais signe et lui rendras tout çà!!! Ok dit elle ramassa les vêtements à terre et regagna son logement, me laissant entièrement nue livrée à mon tortionnaire qui n’en avait pas fini avec moi. Je prétextais mon mari à la maison….PAS GRAVE ME DIT-IL. il pris son portable téléphona à mon mari( dont il avait relever le numéro en fouillant dans mon sac) et lui fit croire, comme je l’avais fait pour Madjib, que suite à une panne informatique il y avait énormément de travil en retard et qu’Annick rentrerait plus tard et il raccrocha. Là il me redressa et tout en me conduisant dans sa chambre il m’informa J’EN AI PAS FINI AVEC TOI SALOPE JE VAIS TE BAISER JUSQU’A TE LAISSER SUR LE CARREAU NOUS LES BEURS QUAND ON BAISE, ON BAISE ET TU VAS VOIR CE QUE C’EST QUE DE PRENDRE UN REBEU POUR UN CON…. SALE PUTE et tout en m’injuriant en arabe il me baisa à fond une bonne partie de la soirée et par moment bien que la pièce soit plus loin j’entendais les hihihihiiiiii de Céline qui devait peut être se
tenir pas très loin.
En sortant de chez lui, je croisais Céline qui remontait du parking souterrain et tout en me fixant de son regard maiuvais me dit simplement alors la pute t’a bien ramassé avec Madjib, ne le prend pas trop pour un con dorénavant tu as vu comment il savait matter les trainée comme toi et c’est pas fini je crois !!! hihihihih

Laisser un commentaire